Home Justice et Paix Articles un oasis de paix dans une île de Santé mentale

Section réservé



un oasis de paix dans une île de Santé mentale
Mardi, 03 Avril 2012 13:44
Sœur Usha Macwan OP, d’Inde partage son expérience de mission: la maison mère, un oasis de paix dans une île de Santé mentale: La délicatesse humaine des sœurs et de l’équipe ne se contente pas de soigner psychologiquement les femmes mais elle offre un soutien moral à ces femmes qui appartiennent à la communauté vulnérable.
Ahmadabad, une des villes développées du Gujarat (Inde) Gomtipur – une zone aléatoire qui nous ramène aux souvenirs douloureux des émeutes. Les gens de cette région trouvent dans les industries et usines voisines réponse à leurs besoins de travail. Cependant avec la fermeture des moulins, les gens se sont retrouvés au chômage. Les émeutes sont devenues un moyen pour exprimer leurs frustrations. Au lieu de résoudre le problème des ressources pour vivre, ils ont commencé à former des ghettos autour des diverses expressions religieuses et ils ont catalysé toutes leurs énergies réprimées les uns contre les autres. Les émeutes de 2002 n’étaient pas seulement une manifestation de ce problème mais elles ont été aussi aggravées par l’instigation de politique pour le propre désir d’obtenir le pouvoir. L’interaction avec les autres communautés a été réduite au strict minimum et il a fallu bien peu pour que la haine s’enflamme.
C’est dans ce contexte que nous rencontrons les iles de santé mentale, actes individuels et collectifs d’une extraordinaire valeur qui défient la tourmente. La communauté de Sainte Marie des Dominicaines Missionnaires du Rosaire, situées à Gomtipur dans la zone de la ville de Ahmadabad, est une de ces iles de Santé mentale, ou encore connue sous le nom de “MOTHER NU DAWAKHANU”- Hôpital ou maison de Maman ou les gens de la région se sentent chez eux, acceptés. C’est ce sentiment d’appartenance que Sainte Marie apporta à des milliers de personnes (presque 5000 femmes, enfants et hommes) qui se réfugièrent dans ce complexe ainsi qu’à l’infirmerie de Sainte Marie durant les conflits post Godhra de 2002. Les sœurs de la communauté ont défié la tourmente en prenant elles-mêmes d’énormes risques pour aider à maintenir une petite lumière de foi. Après le conflit les sœurs continuèrent le travail de reconstruction des maisons, distribution de matériel : nourritures, vêtements et médicaments. Elles payèrent aussi des visites à domicile aux familles, elles consolèrent ceux qui étaient déprimés et choqués et elles les aidèrent à affronter la vie avec des valeurs pour vivre encore une fois au milieu du chaos. Non seulement elles offrirent un soutien moral mais elles motivèrent également les femmes pour être indépendantes en leur donnant l’opportunité de l’être économiquement.
Mahila Shikshan Kendra de Santa María, offrit cette opportunité de subventions à des centaines de femmes pour vivre dans la dignité. L’aspect notable de ce centre est que malgré la longue histoire de conflits et divisions de la communauté, les femmes qui appartiennent aux différentes communautés travaillent ensemble pour réaliser ces merveilleux ouvrages de broderie et travail de miroirs ajoutant des couleurs à leurs vies. L’infirmerie de Sainte marie offre également une assistance médicale par son équipe dévouée et engagée, constituée de personnes de la région, spécialement vers les femmes. La délicatesse humaine des sœurs et de l’équipe ne se contentent pas de soigner psychologiquement les femmes mais elle offre un soutien moral à ces femmes qui appartiennent à la communauté vulnérable.
Au vue de tout cela nous pouvons dire avec orgueil que Sainte Marie est un centre inter religieux et inter culturel, - informelle dans sa méthode et pratique dans son approche – où quiconque indépendamment de sa religion ou caste, pratique le dialogue de vie. Tout le monde apprécie les sentiments de fraternité, d’égalité et d’amitié. Au milieu de l’abandon, de la haine et des conflits, les actes collectifs d’humanité et de valeurs des sœurs Dominicaines Missionnaires du Rosaire ressortent et brillent dans l’obscurité.
 

Coordinatrice Internationale DSI

 Sœur Marie Thèrése Clement

Assemblée Générale du DSI 2013

La nouvelle évangélisation
et notre mission dominicaine aujourd’hui

Voir les photos de l'Assemblée

Lire les documents

Statistiques

Affiche le nombre de clics des articles : 419117