Home Prédication et Mission Articles La représentante de DSI dans la Commission du IDYM

Section réservé



La représentante de DSI dans la Commission du IDYM
Vendredi, 09 Décembre 2011 11:37
Sœur TONDE Cécile, OP Dominicaine de l’Anunciata écrit dans son entretien: Dans cette nouvelle mission ma joie est de savoir qu’aujourd’hui il y a des jeunes qui écoutent le Seigneur et se laissent illuminer par lui dans ce monde envahi par beaucoup de choses qui les détournent du vrai chemin. Mon inquiétude est la question suivante : sauront-t-il garder la flamme qui s’est allumée dans leur vie partout où ils iront tout au long de leur vie ? Et comment aider ceux qui vivent encore dans l’obscurité ?
- Est-ce que tu peux te présenter, s’il te plait? Age, Congrégation, études, pays d'origine et de vie...
Je suis Sœur TONDE Cécile Dominicaine de l’Anunciata. Je suis âgée de 39 ans, originaire du Burkina Faso et en mission au nord du Benin depuis 4ans.
- Comment as-tu rencontré l’Ordre Dominicain et qu’est-ce qui t’a le plus frappée ?
J’ai grandi dans un village où les sœurs Dominicaines de l’Anunciata avaient une communauté. J’ai été touchée par le travail que faisaient les sœurs (soins aux malades, pastorale dans les villages et campements, catéchèse) Les sœurs étaient très proches de tous : enfants, jeunes, adultes, personnes âgées… et dans le village tous étaient contents de leur présence même les musulmans. C’était cela leur manière de prêcher et cela ne m’a pas laissée indifférente.
Je n’avais jamais rien dit aux sœurs mais un week-end elles ont organisé une rencontre vocationnelle à laquelle j’ai été invitée. C’est de là que j’ai commencé mon cheminement avec les sœurs Dominicaine de l’Anunciata.
- Quel est à présent ton ministère dans ta Congrégation ? Est-ce que tu avais déjà connu le mouvement IDYM? Et le mouvement DSI?
La Congrégation m’a formé pour enseigner, ce que je fais depuis quelques années. Elle m’a confié depuis l’année dernière la responsabilité d’un foyer de jeunes filles, 74 au total venant des villages pour continuer leur études secondaires.
J’ai connu le mouvement IDYM à Yaoundé, au Cameroun, mais je n’étais pas proche de ce mouvement. DSI oui, puisque je suis Dominicaine.
- Qu'est-ce que tu as pensé lorsque tu as su que tu avais été proposée pour faire partie de la commission internationale de IDYM?
Quand notre Générale  m’a annoncé la nouvelle, le premier sentiment que j’ai eu a été celui de la peur ; et je me suis posée la question suivante : « Cécile est-ce que tu pourras? » A un moment donné, je priais pour que le choix se fasse sur une autre personne et la réponse que j’ai eu c’est la lettre de nomination de la part de Sœur Fabiola ; alors j’ai dit tout simplement : « Seigneur tu sais ce que tu fais je compte sur toi pour cette mission. »
- Dans ta nouvelle tâche avec IDYM, qu’est-ce qui te donne de la joie ? Et qu’est-ce que tu es inquiète ?
Dans cette nouvelle mission ma joie est de savoir qu’aujourd’hui il y a des jeunes qui écoutent le Seigneur et se laissent illuminer par lui dans ce monde envahi par beaucoup de choses qui les détournent du vrai chemin.
Mon inquiétude est la question suivante : sauront-t-il garder la flamme qui s’est allumée dans leur vie partout où ils iront tout au long de leur vie ? Et comment aider ceux qui vivent encore dans l’obscurité ?
- Comment est-ce que tu vois les jeunes et leur prédication dans l'Ordre? Qu'est-ce que nous, les adultes, pouvons apprendre d'eux?
Je commence à cheminer avec les jeunes dans ce mouvement donc je ne peux dire grand-chose encore. Cependant je reste convaincue d’une chose : les jeunes, quand ils veulent, ils peuvent. Alors nous devons les soutenir, les accompagner, les encourager par notre manière de prêcher. Les jeunes sont capables de donner un bon témoignage par leur prédication.
Nous pouvons apprendre beaucoup des jeunes mais à condition que nous ne nous présentions pas à eux comme des personnes qui n’ont rien à apprendre. Aidons-les à se prendre en charge. Quand on leur montre qu’ils ont capables, ils en font la preuve.  
 
- Qu'est-ce que vous tu peux dire de la jeunesse dans les pays africains que tu connais mieux?
Je peux dire que les jeunes des pays africains que je connais ont soif de quelque chose, ils cherchent une référence ; certains pensent le trouver tout seuls dans des plaisirs éphémères qui les enfoncent ; et d’autres se tournent vers l’Être suprême, reconnaissent son existence et cherchent à s’engager sérieusement.
- Est-ce que tu veux dire quelque chose aux Dominicaines qui travaillent avec les jeunes dans les différents pays?
Oui, je voudrais dire tout simplement à toutes mes Sœurs Dominicaines qui travaillent avec les jeunes que notre tâche est noble, Dieu nous confie ces jeunes et nous donne les moyens pour bien accomplir cette mission.
Je souhaite que le travail que allons faire avec les jeunes les aide à mieux connaître le charisme de l’ordre et surtout Jésus, à approfondir leur connaissance de la Parole de Dieu et à s’engager avec les pauvres et les nécessiteux.
 

Assemblée Générale du DSI 2013

La nouvelle évangélisation
et notre mission dominicaine aujourd’hui

Voir les photos de l'Assemblée

Lire les documents

Statistiques

Affiche le nombre de clics des articles : 397045